FSM 2015
Sport News

Mauritanie: Les Terres de la discorde

Des dizaines de milliers d'hectares de terres de populations noires ont été systématiquement spoliées au profit de businessmans arabes mauritaniens et étrangers. Depuis la fameuse ordonnance 83-127 du 05 juin 1983, les autorités régionales, départementales et d'arrondissement dans le sud du pays se comportent « d'une manière humiliante en colons en territoires conquis », de l'avis des populations. « Les déportations massives des populations de ces zones vers le Sénégal et le Mali entre 1989 et 1991 sont en plus grande partie dues à cette volonté raciste de contrôle des terres des noirs du sud. Depuis, ces populations n'arrivent plus à récupérer leurs possessions », déplore Ba Amadou secrétaire général de l'ONG Kawtaal N'gam Yellitaaré.

 Sur ces terres jadis ayant appartenu es aux populations noires, les autorités ont réinstallé des populations esclaves et haratines. « En réalité, la tradition de l'esclavage foncier chez les maures du pays, a toujours voulu que l’esclave ait son village aux abords du champ du maître qu'il cultive au profit de ce dernier, Ces milliers de villages existants en Mauritanie sont appelés Adwaba en hassaniya. Depuis le début de la sécheresse des années 70 et 80, les maîtres esclavagistes n'avaient d'autres choix que de laisser « libres » les esclaves qu'ils n'arrivaient plus à nourrir, et qui, inversement ne les « servaient plus à rien ». Les déportations des négro-africains ont été une aubaine pour le pouvoir raciste de pouvoir reconstituer ces Adwabas sur les terres inondables par les crues du fleuve Sénégal et aménageables pour les besoins de la culture irriguée. En réalité, la majorité des haratines sur ces terres, ne sont en réalité que des esclaves « clandestins » qui cultivent pour des maîtres qui récoltent. Sur ces terres, l'état y a aussi réinstallé les populations haratines expulsées du Sénégal lors du conflit entre les deux pays en 1989. Nous noterons au passage, que, malgré, la plus grande proportion de maures blancs expulsés du Sénégal, aucun maure blanc de ce groupe n'a été sollicité pour reconstituer la pratique honteuse de l'esclavage foncier des Adwabas », soutient-il .

 En 2007, un accord tripartite entre la Mauritanie, le Sénégal, et le Haut commissariat aux réfugiés, a prévu le retour des déportés vers le Sénégal. Plus de 24000 d'entre eux seraient rentrés au pays selon les chiffres officiels. Malgré que cet accord ait prévu la restitution des terres et des villages, plus de 90% d'entre eux habitent encore sous des bâches et des hangars aux abords de leur village d'origine en face d'autres populations qui habitent encore leurs maisons et cultivent leurs champs. « Cette situation est plus qu'explosive », constate Ba.

 Partout en Afrique, les frontières ont été tracées à la règle sans tenir compte des réalités socio-économiques. C'est ainsi que les populations de la vallée du fleuve Sénégal disposent des terres de cultures de part et d'autres du fleuve. « Après sa prise de pouvoir le 12 décembre1984, l'ex président Ould Taya avait entrepris des démarches auprès de Abdou Diouf, son homologue sénégalais, pour un échange de propriété sur les terres sénégalaises appartenant aux mauritaniens contre les terres mauritaniennes appartenant aux sénégalais. Mais la vigilance des Sénégalais fait que Abdou Diouf n'a jamais accepté ce troc. D'abord les terres des sénégalais se trouvant en Mauritanie sont beaucoup plus importantes que celles des mauritaniens au Sénégal. Ensuite, les familles étant les mêmes de part et d'autres de la frontière, on savait que Ould Taya n'allait nullement faire profiter les populations noires de cet échange. Mais, Ould Taya décidé à faire jouer la logique de la « souveraineté » nationale, a systématiquement et de fait « nationalisé » ces terres appartenant aux sénégalais en y installant des populations arabes et esclaves venus du nord du pays. Il voulait par là mettre le Sénégal devant le fait accompli et le pousser à faire de même. Et à ce jour le Sénégal n'a pas réagi sur cette question, affirme Ba.

 

 

           

 

 

 

 

Top of Page
Zo2 Framework Settings

Select one of sample color schemes

Google Font

Menu Font
Body Font
Heading Font

Body

Background Color
Text Color
Link Color
Background Image

Top Wrapper

Background Color
Modules Title
Text Color
Link Color
Background Image

Header Wrapper

Background Color
Modules Title
Text Color
Link Color
Background Image

Mainmenu Wrapper

Background Color
Modules Title
Text Color
Link Color
Background Image

Slider Wrapper

Background Color
Modules Title
Text Color
Link Color
Background Image

Scroller Wrapper

Background Color
Modules Title
Text Color
Link Color
Background Image

Mainframe Wrapper

Background Color
Modules Title
Text Color
Link Color
Background Image

Bottom Scroller Wrapper

Background Color
Modules Title
Text Color
Link Color
Background Image

Bottom Scroller Wrapper

Background Color
Modules Title
Text Color
Link Color
Background Image

Bottom Menu Wrapper

Background Color
Modules Title
Text Color
Link Color
Background Image

Bottom Wrapper

Background Color
Modules Title
Text Color
Link Color
Background Image
Background Color
Modules Title
Text Color
Link Color
Background Image